bandeau
bandeau
bandeau
bandeau
Nos actions > Actions à  venir

ACTUALITES

 


Actions à venir
 

Les journées nationales entre éleveurs - 08 et 09 octobre 2020

LES JOURNEES DU PRINTEMPS SONT REPORTEES A L'AUTOMNE
Elles auront lieu les 08 et 09 octobre 2020

 

--> inscription pour le 30 septembre 2020

Les zones humides à l'honneur !

Lieu : A la limite entre le Tarn et l'Hérault, Fraisse-sur-Agout

Thématique : Intégrer les zones humides dans son calendrier de pâturage et de récolte.

Ces journées se dérouleront à la limite des départements de l’Hérault et du Tarn, au nord de Saint-Pons-de-Thomières. Nous serons accueillis sur deux fermes situées sur des sols acides avec un climat à tendance montagnarde : l’une en ovins lait (rayon Roquefort), l'autre en équins.
Sur la ferme ovine, nous mettrons en avant l’orientation stratégique prise par l’éleveuse : augmenter la part de pâturage dans l’alimentation des brebis en production tout en diminuant fortement la complémentation, sans baisser le lait. Nous discuterons de l'utilisation récente d’une prairie humide avec des zones de tourbière. Nous aborderons les réussites (niveau de consommation, maintien de la production…) mais aussi les craintes (parasitisme…) formulées par l’éleveuse envers cette pratique. Sur la ferme équine, nous travaillerons sur la caractérisation du fonctionnement des milieux humides (précocité de croissance, vitesse d'épiaison, appétence, etc.) par la visite de plusieurs parcelles pâturés par des chevaux.
Ces journées permettront d’alimenter le travail réalisé dans le cadre du projet financé depuis 2018 par le Ministère de la Transition écologique et solidaire « Valeur d’usage en milieux humides ».

Ces journées permettront d’alimenter le travail réalisé dans le cadre du projet « Valeur d’usage en zones humides » (cf ci-dessus Actions en cours).

Cliquez-ici pour lire le programme complet

S'inscrire !

 


Actions en cours
 

Pratiques d'élevage en zones humides (2018-2021)

Savoir donner, dans les systèmes d'élevage, une place et un rôle aux parcelles comprenant des milieux humides.

Le projet débuté en septembre 2018 et commandité par le Ministère de la Transition écologique et solidaire suit son cours. Son objectif est de rédiger un guide technqiue qui aide à donner une place aux parcelles humides dans son système d'élevage et à choisir ses pratiques en fonction de ses propres objectifs

A ce jour 10 fermes ont été visitées. Autant, le seront en 2020.

Les premiers éléments recueillis montrent la grande diversité d’usages des zones humides par les éleveurs selon le contexte de leur ferme et leurs objectifs. Les contraintes attribuées habituellement à ces milieux sont perçues plutôt comme des caractéristiques et des fonctionnements sur lesquels il s’agit de s'appuyer ou de faire avec. Les zones humides permettent de réaliser des niveaux de valorisation élevés (jusquà plus de 6T MS/Ha), de couvrir des besoins alimentaires forts (croissance, engraissement à l'herbe, lactation).
Elles sont utilisées à des périodes variées (pas seulement en été). De plus, il a été relevé que, sur ces milieux, des pratiques de préparation de la végétation et de rattrapage en fin de saison sont d'autant plus importants à raisonner au regard des aléas de niveau d'eau ou de portance complexifiant le pâturage et la mécanisation.

Manifestez-vous si vous souhaitez faire partie des fermes enquêtées dans ce projet

 

Finalisation de l'outil "Programmer et enregistrer sa chaîne et pâturage et de récolte" (2020) suite aux tests réalisés dans les fermes en 2019.

Lors des rencontres de novembre 2018, nous avons élaboré un prototype d’outil de programmation et d’enregistrement de sa chaîne de pâturage et de récolte. Cet outil  répond à la volonté des éleveurs adhérents au réseau Pâtur’Ajuste :

  • de piloter sereinement leur conduite à l’échelle du système en s’assurant de disposer d’une ressource au pâturage adaptée aux besoins des troupeaux aux différentes époques de l’année, et de stocks suffisants,
  • d’allonger la période de pâturage en s’appuyant sur la diversité des végétations,
  • de sécuriser leur système d’alimentation en considérant les aléas climatiques,
  • d’anticiper les implications intra et inter annuelles de chaque pratique afin d’éviter d’avoir recours à la mécanisation,
  • d’ajuster leurs pratiques d’une année sur l’autre en fonction des résultats obtenus,
  • d’intégrer de nouvelles parcelles dans la chaîne de pâturage en assumant l’expérimentation.

Le prototype a été confectionné en décembre 2018. Il a été testé en 2019 par une dizaine d’éleveurs du réseau souhaitant de répondre à des problématiques variées : suivre ou programmer sa chaîne de pâturage lors de son installation, tester un changement de pratique, résoudre une baisse de productivité de surfaces, maitriser l’infestation parasitaire... L’objectif de ces tests était de mieux cerner les attentes des adhérents vis-à-vis de ce calendrier, de l’améliorer (forme et fond), d’identifier les conditions de sa diffusion, etc.

Les tests réalisés en 2019 ont été présentés lors des rencontres de novembre.
Ils permettront d’élaborer l’outil définitif courant 2020...

 

 

 


Dernières parutions

 

Fiche technique (novembre 2019)

Connaître et renforcer la digestion de la fibre

>> Mieux connaitre les processus de digestion pour se rassurer sur la valeur des ressources herbagères et ligneuses, et pour concevoir une alimentation peu coûteuse et peu consommatrice d’énergies fossiles.

>> D’un point de vue économique, environnemental et dans un contexte de changement climatique, il est important de reconnaître que les fourrages (qu’ils soient récoltés ou pâturés) sont moins risqués et moins coûteux à obtenir que les concentrés et les céréales.

>> La fibre est souvent considérée, à tort, comme un simple élément permettant de favoriser le fonctionnement mécanique du rumen. Pourtant, chez les ruminants, la fibre (constituant des parois des cellules végétales) est un aliment qui peut apporter la majorité des nutriments nécessaires pour produire en élevage.

Cette fiche apporte des éléments de connaissance sur les processus de digestion des aliments et d’assimilation des nutriments. Elle aide à renouveler notre regard sur la qualité des fourrages et à concevoir une conduite qui donne la priorité aux ressources herbagères et ligneuses.


Cette fiche propose :
1) de faire le point sur les mécanismes de digestion, en particulier ceux qui ont lieu dans le rumen ;
2) de rappeler les conséquences métaboliques des rations riches en fourrages (fibres) ou en concentrés (amidon et sucres solubles) ;
3) de renouveler notre regard pour juger la qualité des fourrages ;
4) de préciser les implications pour la constitution des rations lorsque l’objectif est de valoriser avant tout les ressources herbagères et ligneuses.

Télécharger la fiche technique

 

 

De Retour des Pâtures n°2 (automne 2019)

Vers une valorisation économique et écologique des espaces embroussaillés

Paru fin 2019, ce deuxième numéro de la revue du réseau Pâtur'Ajuste « De Retour des Pâtures » présente le chemin parcouru par des éleveurs et des techniciens du département du Lot afin de valoriser les espaces embroussaillés. Il se compose de témoignages de techniciens pour raconter, de retours d’expérience d’éleveurs pour s’inspirer et d’une bande dessinée pour illustrer.

 

 

Ce périodique a été financé dans le cadre de l'opération intitulée « Développement d’un accompagnement technique éco-pastoral innovant pour le maintien d’un bon état agro-écologique des milieux ouverts herbacés» et menée par le Département du Lot, pour faire avancer techniquement l’articulation entre les enjeux environnementaux et économiques.

Cette opération a bénéficié du soutien financier du Fond européen de développement régional (FEDER) en Massif central et du FNADT.

 

 

 

Fiche technique (avril 2019)

L'ingestion au pâturage

>> Composante essentielle pour la réussite d’une ration, l'ingestion au pâturage nous rappelle que les ruminants ne recherchent pas qu’à prélever le meilleur.

>> Réussir sa ration, pour un ruminant, cela signifie ingérer des fourrages dont la digestion va lui fournir les nutriments attendus. Cette réussite repose donc sur deux composantes : l’ingestion (ce que l’animal choisit de manger) et la digestion (ce qu’il transforme en nutriments). Ces deux composantes sont étroitement liées par des rétrocontrôles, et largement influencées par les pratiques des éleveurs.
>> L’efficacité de la digestion a longtemps été considérée comme le facteur limitant de la performance zootechnique. Pourtant, au pâturage sur milieux diversifiés, c’est l’animal qui décide de la nature et de la quantité de ses aliments. La fonction d’ingestion devient
alors encore plus déterminante qu’à l’auge.
>> Les ruminants réalisent leurs choix alimentaires face à des plantes très différentes en qualité et en format. Ces choix ont des conséquences sur le prélèvement alimentaire, pouvant au final conduire à la constitution d’une ration suffisante ou insuffisante pour couvrir leurs besoins énergétiques.

Cette fiche apporte des éléments de connaissance pour aider à comprendre les fonctionnements biologiques de l’ingestion.
Elle présente les choix auxquels sont confrontés les ruminants au pâturage sur milieux diversifiés pour constituer progressivement leur ration quotidienne. Et, elle explique l’influence des pratiques d’élevage dans la construction et la mise en oeuvre du comportement alimentaire de l’animal.

 

 

 

 

Télécharger la fiche technique