Pâtur'Ajuste
une démarche, des outils techniques et un réseau
pour valoriser les végétations naturelles en élevage

Qu’est ce qui nous rassemble ?

 Pâtur’Ajuste s’inscrit dans une agriculture qui mobilise la nature avec un objectif de qualité au travail, de qualité des produits, de qualité environnementale de la production et de bien-être animal.

 Pâtur’Ajuste est un lieu d’échanges et d’innovations centré sur les aspects techniques de la valorisation des végétations naturelles dans la production (prairies pâturées, pacage, landes, pelouses, parcours, zones humides, estives, alpages, etc. selon leur dénomination locale).

 Pâtur’Ajuste met en avant les projets et les savoir-faire des éleveurs quel que soit leur type de production et leur contexte géographique en impulsant une mise en discussion qui dépasse le contexte local.

Pour quoi faire ?

 Pour redonner confiance dans les ressources fourragères issues des milieux naturels, pour comprendre les processus biologiques propres à ces milieux et aborder positivement l’incertitude.

 Pour promouvoir les pratiques innovantes, pour les rendre appropriables, pour améliorer l’autonomie des fermes (travail, énergie, azote...), pour limiter les coûts de production.

 Pour contribuer à l’autonomie de décision des éleveurs, pour concevoir et mettre en œuvre des pratiques adaptées au contexte de production et de territoire sur chaque ferme.

 Pour faciliter la compréhension et créer des synergies entre les enjeux des fermes et les enjeux des territoires  (commercialisation, préservation de la biodiversité, etc.), pour répondre collectivement aux difficultés rencontrées dans les territoires.

Comment ?

 En privilégiant le pâturage dans les systèmes d’élevage plutôt que la récolte, en mobilisant davantage les qualités écologiques des végétations naturelles et des troupeaux, au lieu de faire appel à artificialisation.

 En différenciant l’utilisation saisonnière des surfaces et en valorisation la végétation par le pâturage tout au long de l’année, sans se limiter à pâturer uniquement la pousse de l’herbe.

 En élargissant l’assiette des surfaces mises en valeur dans les systèmes, en reconsidérant la valeur agronomique des végétations dites "peu productives" ou "hétérogènes", trop souvent marginalisées et négligées dans les fermes et dans le discours technique.

 En maîtrisant les choix techniques sur la ferme, depuis la définition de ses objectifs jusqu’au choix de la conduite pour y arriver.

Des intentions

Depuis des dizaines d’années, la recherche et le développement en élevage ont été guidés par la quête d’un meilleur rendement quantitatif et d’une meilleure valeur énergétique. Les surfaces moins productives ont été délaissées. Les vendeurs de matériels, de graines, d’engrais, d’herbicides, de médicaments, d’amélioration génétique des troupeaux ou d’aliments pour bétail ont envahi la sphère du conseil technique. Les éleveurs ont alors été formés à mettre en place un modèle d’agriculture éloigné de la nature. Ils sont enjoints à homogénéiser la végétation et à artificialiser l’ensemble des processus de production. Leurs savoir-faire ont été remplacés par des pratiques uniformisées, de plus en plus dépendantes des intrants. Pourtant les résultats économiques de ce modèle ne sont pas toujours satisfaisants.

Une autre vision de l’agriculture, défendue par le Réseau Pâtur'Ajuste

Il existe des façons de produire en mobilisant davantage la nature, sans pour autant avoir une vision passéiste de l’agriculture. Une réflexion sur les nouveaux équilibres agro-écologiques à promouvoir est primordiale, et elle doit mobiliser les acteurs de l’agriculture et de l’environnement dans leur diversité. Les critères pour estimer la productivité et la qualité des fourrages doivent être enrichis, en prenant en compte les besoins des éleveurs au cours de l’année, et l'équilibre nutritionnel des troupeaux. Les références techniques dominantes actuelles dans le domaine agronomique, zootechnique et naturaliste ne sont pas satisfaisantes. Elles doivent évoluer avec la contribution de l’ensemble des acteurs concernés.

Une démarche

Les étapes de la démarche Pâtur’Ajuste
Les étapes de la démarche Pâtur’Ajuste : Il s’agit de caractériser le système d’alimentation et les surfaces sans les juger a priori, de définir les objectifs avant de programmer les pratiques, de les mettre en oeuvre et de les suivre.

Aborder plus sereinement la conduite de troupeaux sur des végétations naturelles.

Afin de réfléchir collectivement sur la cohérence des systèmes d’élevage, nous nous sommes dotés d’une démarche commune, publiée en 2011, puis progressivement améliorée au fil de sa mise à l’épreuve. La démarche Pâtur’Ajuste est à la fois très simple dans sa formulation (5 étapes assez intuitives à mettre en oeuvre successivement) et très innovante dans les résultats qu’elle produit. Les pratiques d’élevage que nous discutons et/ou concevons collectivement ne sont pas uniquement présentées de façon factuelle.

Elles sont remises en perspective à la lumière des objectifs poursuivis, et des résultats obtenus. Cela permet d’avancer, sans a priori, mais avec le filtre d’exigences que nous comprenons et que nous assumons, parce que nous les avons définies ensemble : moins d’artificialisation, moins d’énergies fossiles, plus de
confort et de plaisir au travail, plus de qualités écologiques, plus de vitalité dans les territoires, etc.

La finalité de cette démarche est de donner aux éleveurs plus d’autonomie dans leur prise de décision. La méthode promue pour y parvenir est l’appropriation de manettes techniques leur donnant la possibilité d’ajuster leurs pratiques en fonction de leur ferme et de leurs objectifs. L’observation des troupeaux et des végétations est remise au centre du métier. La compréhension du fonctionnement de la ferme, dans toutes ses dimensions, est toujours explicitée.


Un triptyque pilier du raisonnement Pâtur’Ajuste

Les étapes de la démarche Pâtur’Ajuste
Représentation fonctionnelle du système pastoral qui reconnait que les pratiques agricoles, la végétation et le troupeau répondent non seulement à des fonctionnements propres, mais qu’ils sont aussi en interaction dynamique permanente.

Une représentation fonctionnelle et dynamique du système d’élevage

Pâtur’Ajuste repose sur une représentation fonctionnelle du système pastoral basée sur 3 composantes : le comportement alimentaire, la dynamique de végétation et les pratiques d’élevage. Celle-ci considère le caractère vivant et dynamique de ces trois composantes. Ainsi, elle ne résume pas le métier d’éleveur à conduire son troupeau sur une végétation pour l’alimenter. Elle indique que les réflexions menées d’une façon partielle sur l’une ou l’autre des composantes ont des répercussions directes ou indirectes sur l’ensemble du système. Par exemple, les troupeaux ne peuvent être vus comme de simples. Ils sont capables d’apprendre et font varier leur comportement en réponse à la conduite de l’éleveur. Ceci influence leur prélèvement de la végétation et donc son évolution au fil du temps.

Cette représentation est centrale dans chaque étape de la démarche Pâtur’Ajuste et dans tous les outils techniques élaborés. Elle permet de comprendre les effets des pratiques sur les fonctionnements biologiques en jeu et aide à passer à l’action dans les fermes.

 


Un réseau de professionnels

Un collectif pour produire de nouvelles connaissances et progresser techniquement.

La structuration de notre collectif en réseau permet de démultiplier la rapidité et l’efficacité des échanges. Le réseau est conçu pour venir en complément d’autres actions conduites dans les territoires. Il permet de renforcer la diffusion et la capitalisation des résultats obtenus individuellement ou en groupe dans les territoires.

Les journées nationales de formation et d’échanges techniques, action phare du réseau, permettent de découvrir les innovations techniques testées dans d’autres fermes. Lors de ces journées, nous cherchons à distinguer ce qui est spécifique du contexte de chacun et ce qui est applicable dans un autre contexte.

Aussi, ces journées permettent de prendre quelques heures pour créer la perception commune du réseau sur un thème technique à l’origine du contenu des fiches techniques.

Une autre façon de produire des connaissances

  • Nous nous appuyons sur des expériences individuelles ou collectives. Nous mobilisons des connaissances empiriques des adhérents ainsi que des connaissances techniques et scientifiques,
  • Nous dépassons la validité territoriale des connaissances des adhérents en les mettant en discussion à une échelle nationale,
  • Nous cherchons ainsi à produire des références techniques partagées qui permettent de progresser en retour dans les différents contextes de ferme ou de territoire.

Des ressources techniques innovantes

Une compréhension des fonctionnements biologiques pour se conforter et/ou passer à l’action dans les fermes.

Depuis le lancement du réseau en 2013, les adhérents ont progressivement identifié des besoins communs en termes de connaissances à acquérir, à produire et à diffuser. Pour y répondre, nous identifions des connaissances existantes et nous collectons des retours d’expériences empiriques dans les fermes. Puis, nous les retranscrivons dans plusieurs types de ressources techniques au domaine de validité plus ou moins générique.

Les fiches techniques génériques
Elles contiennent des éléments théoriques et des principes techniques dont la validité est générique. Elles permettent de comprendre l’effet des pratiques d’élevage sur le fonctionnement biologique des milieux, des végétations et des troupeaux. Elles constituent les bases communes pour déployer des systèmes d’élevage "agroécologiques".

Les outils opérationnels
Ils constituent un outillage à vocation d’apprentissage, sans normer ni juger à l’avance les pratiques des éleveurs. Ils proposent de pratiquer chez soi, et sur des thèmes précis, la réflexion selon la démarche Pâtur’Ajuste.

Les retours d’expérience
Ils présentent une expérience particulière, sur une ferme, dans un contexte de sol, de climat et de projet d’élevage.
Ils permettent de comprendre comment les principes techniques génériques sont mis en œuvre dans une ferme, avec une multitude de réglages pour tenir compte des spécificités locales.